Les traitements qui fonctionnent contre l’éjaculation précoce

Vous avez sûrement entendu tout et son contraire au sujet de l’éjaculation précoce. Entre les pilules miracle, les remèdes de grand-mère et les produits retardants aux noms aussi farfelus que grotesques, difficile de faire le tri. Pourtant, il existe bel et bien des remèdes qui fonctionnent, je peux vous l’assurer.

 Pas le temps de tout lire ? Découvrez tout de suite les meilleurs remèdes en cliquant ici .

Prenez le temps de lire mon témoignage si :

  • votre problème d’éjaculation précoce dégrade vos relations intimes
  • vous avez du mal à échanger avec votre partenaire car le sujet est tabou
  • vous recherchez un traitement efficace sur le long terme
  • vous en avez assez de perdre du temps avec des méthodes inefficaces
  • vous êtes trop gêné pour en parler à votre médecin traitant

Cela vous parle ? Sachez que vous n’êtes pas seul. 30% des hommes sont concernés par ce problème d’éjaculation prématurée.

J’ai été dans votre situation pendant de nombreuses années. Le problème s’est lentement immiscé dans ma vie, d’une façon sournoise. D’abord quelques ratés qu’on attribue à la fatigue, puis des échecs au lit qui se répètent. Des tensions qui s’installent dans mon couple, de la frustration pour ma partenaire, une perte de confiance totale pour moi… Je me suis alors dit qu’il était temps de prendre le problème à bras-le-corps. Que ma difficulté à contrôler l’éjaculation ne se résoudrait pas « toute seule ». Je me suis documenté, j’ai testé beaucoup de choses. Et j’ai finalement trouvé la solution. Ou plutôt les solutions. Car oui, le remède le plus efficace est en fait une association de plusieurs traitements. C’est en quelque une sorte une rééducation, avec des étapes. Certes, cela nécessite un peu de temps, d’engagement, de patience. Mais si au bout, vous retrouvez une vie sexuelle épanouie comme moi, n’est-ce pas le principal ?

Fred.


Solution n°1

Le coaching vidéo de Pascal de Sutter et Alexandra Hubin
coaching éjaculation précoce
  • 2 docteurs reconnus
  • 7 vidéos à regarder derrière votre écran
  • 95,2% de taux de réussite
  • le coaching vidéo le plus vendu d’Europe

Lire mon avis Voir la 1ère vidéo GRATUITE

Ce que je pense de ce coaching
Le coaching vidéo de Pascal de Sutter et Alexandra Hubin m’a permis de dédramatiser et de déculpabiliser. C’est grâce à lui que j’ai intégré le fait que l’éjaculation précoce était simplement une dysfonction, un défaut d’apprentissage, et non une pathologie. Mieux, que j’avais les cartes en main pour m’en débarrasser. Pascal de Sutter et Alexandra Hubin, deux sexologues, vous expliquent pas à pas et au travers d’une méthodologie rigoureuse quels sont les apprentissages nécessaires pour mieux contrôler son éjaculation. Un traitement complet, qui mêle différents types d’exercices et qui agit aussi bien sur le plan comportemental, psychologique, que physique. Respiration abdominale, gestion des préliminaires, position du corps pendant l’acte… vous comprendrez enfin comment tout cela fonctionne et comment donner du plaisir à votre partenaire.

Solution n°2

La crème retardante Emla
  • Désensibilise le pénis (retarde l’éjaculation)
  • Remboursé à 65 % par la sécurité sociale
  • Peu d’effets secondaires

Lire mon avis Acheter en ligne 

Ce que je pense de cette crème
Si vous avez lu quelques uns des articles que j’ai publiés sur le blog, vous avez sûrement compris que je suis assez frileux à l’idée d’utiliser des médicaments pour résoudre le problème d’éjaculation précoce. Citer ici la crème Emla comme un traitement adapté pour vous débarrasser de cette dysfonction peut donc vous paraitre surprenant. Attendez un peu, je vous explique.
En fait, je pense que l’utilisation d’un retardateur comme Emla peut être une bonne chose, à court terme. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que c’est efficace, je peux en témoigner, mes rapports sexuels ont été nettement plus longs quand je l’ai utilisé. Mais aussi parce que cela va vous permettre de vous rassurer sur votre capacité à durer longtemps au lit, et vous redonner un peu de cette confiance en soi qui s’est effacée avec le temps. Bien entendu, l’objectif en parallèle est d’entamer une véritable thérapie pour maintenir le résultat dans la durée, comme celle proposée par Pascal de Sutter et Alexandra Hubin. Car s’ils fonctionnent bien, ces produits retardants ne soignent pas définitivement l’éjaculation précoce, ils se contentent de masquer le problème….

Solution n°3

La méthode du stop and go
  • méthode naturelle
  • recommandée par les sexologues
  • aide à identifier les signes de l’imminence de l’éjaculation

Lire mon article 

Ce que je pense de cette méthode
S’il n’y avait qu’un seul exercice à retenir pour le traitement de l’éjaculation précoce, ce serait certainement celui-là. Consistant à arrêter purement et simplement le coït chaque fois que l’imminence de l’éjaculation est ressentie, il permet d’habituer l’éjaculateur précoce à maintenir un niveau élevé d’excitation sans pour autant aller jusqu’au point de non retour. Je me souviens que c’est un des premiers exercices que j’ai mis en place dans ma vie intime pour soigner mon éjaculation précoce. C’est aussi celui qui m’a permis d’avoir ce déclic : « oui, je peux apprendre à contrôler le moment de l’éjaculation ! ». Bien entendu, il comporte des avantages et des inconvénients et ne peut pas à lui seul régler votre problème d’éjaculation précoce. Mais c’est une base solide pour commencer…

Ejaculation précoce : plusieurs causes, plusieurs traitements

La liste des solutions listées ci-dessus est issue de ma propre expérience. Elle synthétise ce qui a fonctionné dans mon cas personnel. Bien entendu, il se peut que tout cela soit inadapté pour vous, même si j’en doute fortement.

Il est important de rappeler que les causes de l’EJP sont multiples. Est-elle primaire ou secondaire ? Est-elle en lien avec une dépression, ou des problèmes relationnels ? Est-elle le signe d’une pathologie sous jacente ? Dans ce cas, c’est cette cause primaire qu’il convient de traiter en priorité (infection urinaire, problème d’érection, par exemple). La plupart du temps néanmoins, elle est le résultat d’un simple défaut d’apprentissage de la montée de l’excitation.

Les traitements mis en face de ces causes peuvent donc différer d’un individu à un autre. Ce schéma de l’Association française d’Urologie résume assez bien l’idée.

Prise en charge de l’éjaculation prématurée (source : urofrance.org)

Les méthodes comportementales, incontournables

Même si les causes varient, le traitement qui est recommandé dans la majorité des cas est celui des méthodes comportementales. De quoi s’agit-il ? Il s’agit, ni plus ni moins, de conditionner son corps à durer plus longtemps au lit. Comme pour un marathonien qui doit s’entrainer à courir de longues distances pour être performant le jour J, les méthodes comportementales sont un ensemble d’exercices destinés à habituer l’organisme à « supporter » un haut degré d’excitation pour retarder le plus possible le moment de l’éjaculation. Le stop and go, aussi appelé stop-start fait partie, au même titre que la technique du squeeze, des traitements les plus représentatifs de ces méthodes.

Une prise en charge thérapeutique, pour des résultats durables

Réaliser ces exercices sans accompagnement d’un professionnel, pourquoi pas, mais cela montre vite ses limites. Consulter un psychothérapeute peut réellement aider à renforcer la confiance en soi, mise à mal par vos problèmes d’éjaculation précoce. Mieux, une psychosexologie sous forme de coaching, comme celle que proposent Alexandra Hubin et Pascal de Sutter, a été pour moi la clé. Apprentissage des techniques de contrôle éjaculatoire, gestion des mouvements corporels… les conseils et l’expérience de ces deux sexologues ont été déterminants pour vaincre mon éjaculation précoce. Je leur dois beaucoup.

Les médicaments, à éviter mais pas à bannir

Notre corps est une véritable usine chimique. Et force est de constater que la chimie pharmaceutique (autrement dit les médicaments) est efficace pour soigner de nombreux maux. Si j’en déconseille l’utilisation sur le long terme et que je me méfie des effets secondaires, je suis moins catégorique sur son utilisation de manière raisonnée, en traitement combiné avec une thérapie comportementale par exemple. Dans ce domaine, un anesthésique local comme la crème Emla a fait ses preuves. Du moins, les rares fois où je l’ai utilisé.

Il existe aussi Priligy, qui agit un degré au-dessus, en tant qu' »inhibiteur de la recapture de la sérotonine ». Là aussi, pourquoi pas en complément d’une thérapie de fond, mais j’ai beaucoup de réserves sur ce médicament retardateur.

Dans tous les cas, ces traitements médicamenteux sont uniquement « palliatifs » : l’éjaculation précoce réapparaît plus ou moins rapidement dès que vous arrêtez. Un conseil, ne misez pas tout sur les médicaments, pensez long terme !