Pour traiter le problème de l’éjaculation précoce, les médecines douces sont une option choisie par certains patients. Parmi elles, l’homéopathie et la phytothérapie sont réputées offrir de bons résultats. On fait le point dans cet article.

Homéopathie et éjaculation précoce

L’homéopathie, qu’est-ce que c’est ?

L’homéopathie est une médecine alternative mise au point en 1796 par Samuel Hahnemann, un médecin allemand. Elle repose sur l’idée que la dilution extrême de certaines substances végétales, animales ou minérales, peut soigner les mêmes maux que provoquerait la substance en question si elle était administrée, non diluée, dans l’organisme d’un individu sain. Ainsi, l’homéopathie propose des soins basés sur les principes de similitude et de dilution. Utilisés par près de 200 millions de personnes à travers le monde, les traitements homéopathiques se présentent sous la forme de granules à laisser fondre sous langue.

Les traitements homéopathiques contre l’éjaculation précoce

Plusieurs préparations homéopathiques sont indiquées dans le traitement de l’éjaculation précoce :

  • Sélénium 9CH : utilisé, entre autres, pour les problèmes d’ordre génital et sexuel, le Selenium 9CH est à prendre 2 à 3 fois par jour à hauteur de 3 granules par prise. Il est possible d’en prendre également une heure avant un rapport sexuel. Le Selenium 9CH peut être prescrit à tout profil d’éjaculateurs précoces. Néanmoins, il cible plus particulièrement les hommes d’un certain âge qui rencontrent des difficultés à maintenir leur érection et qui souffrent d’éjaculation prématurée dès le début du rapport.
  • Conium Maculatum 9CH : à raison d’une dose par semaine en traitement de fond, le Conium Maculatum CH est conseillé aux hommes souffrants d’éjaculation précoce après une longue période d’abstinence sexuelle ou de perte de libido.
  • Argentum Nitricum 9CH : si vous faites partie des éjaculateurs précoces par anxiété d’anticipation, ce remède homéopathique pourra peut-être vous aider. En effet, l’Argentum Nitricum est recommandé aux hommes qui éjaculent trop vite justement parce qu’ils ont peur de ne pas réussir à maintenir un niveau d’excitation stable. Il faut en prendre 3 granules chaque soir avant d’aller dormir. Il est également possible d’en prendre une heure avant un rapport sexuel.

Phytothérapie et éjaculation précoce

La phytothérapie, qu’est-ce que c’est ?

La phytothérapie est une médecine alternative fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Utilisée par les hommes depuis la nuit des temps dans le cadre de la prévention comme de la guérison, la phytothérapie s’utilise de différentes manières. Entre tisanes, huiles essentielles, gélules, teintures mères ou ampoules, la phytothérapie se décline sous différentes formes.

Il existe plusieurs techniques pour tirer profit des vertus des plantes médicinales. Par exemple, les fleurs de Bach sont fabriquées selon deux méthodes, la solarisation et l’ébullition, qui permettent d’extraire un « élixir floral ». Les huiles essentielles, elles, sont les composés aromatiques volatils des plantes obtenus par extraction mécanique, entraînement à la vapeur d’eau ou distillation à sec.

Les traitements phytothérapiques contre l’éjaculation précoce

Pour soigner la cause de l’éjaculation précoce, différents traitements phytothérapiques existent :

  • L’ashwagandha : cette plante originaire d’Inde est utilisée dans la médecine ayurvédique depuis de très nombreuses années. Dans plusieurs cultures, elle représente la force, la puissance et la vitalité. Connue, entre autres, pour apaiser les troubles d’ordre sexuel, elle est réputée efficace pour les problèmes d’éjaculation précoce, mais également de baisse de libido, de difficultés érectiles ou d’infertilité. Très apaisante, elle permettrait également de diminuer le stress de performance. Il est possible d’utiliser l’ashwagandha sous forme de gélules pendant trois mois à hauteur de 3 à 4 gélules par jour. Attention, il est cependant nécessaire d’effectuer une pause d’une semaine chaque mois pendant le traitement. De même, il est préférable de commencer progressivement. Autre point de vigilance, l’ashwgandha est déconseillée en cas d’hyperthyroïdie !
  • Le houblon : cette liane herbacée à grosse racine est utilisée depuis l’antiquité dans les médecines traditionnelles, dans plusieurs parties du monde. Connue pour ses nombreuses vertus, elle traite, entre autres, différents problèmes d’ordre sexuel. Grâce à sa puissante action phyto-oestrogénique, cette plante est sensée lutter contre les troubles sexuels d’origine nerveuse comme peut l’être l’éjaculation précoce. Elle stimule également la libido. Il est possible de l’utiliser en infusion plusieurs fois dans la journée, et ce sur le long terme. Elle est utilisée dans certaines gélules végétales comme PROLONG, produit par le laboratoire français Phytolise.
  • Les fleurs de Bach : puisque dans certains cas l’éjaculation précoce a des origines psychologiques tels que le stress, l’anxiété, la culpabilité, la peur de l’échec ou encore le manque de confiance en soi, les fleurs de Bach, qui ciblent chacune de nos émotions, peuvent être utiles. Il est cependant important de bien choisir les essences utilisées. Parmi les fleurs de Bach, sont conseillées pour traiter l’éjaculation précoce : la Mirabelle pour « revenir à l’Équilibre », l’Impatiente pour « synchroniser le corps et l’esprit », la Scleranthus pour « synchroniser les rythmes biologiques et la pensée » ou encore la Patrimoine Mitofalico pour « améliorer sa propre relation au sexe et élargir sa conscience au delà de la forme ». Pour utiliser les fleurs de Bach, il suffit d’en déposer 4 gouttes directement sur la langue 6 fois par jour. Il est important de répartir les prises tout au long de la journée. Le traitement peut durer 3 mois.

Mon avis sur les médecines douces et l’éjaculation précoce

J’ai testé le Sélénium 9CH quelques semaines, lorsque j’étais encore à la recherche d’une « méthode miracle » pour mon problème d’éjaculation prématurée. Et si je devais résumer, je dirais que je n’ai pas ressenti d’amélioration notable car je n’ai pas réussi à durer plus longtemps au lit. Mais je ne suis peut-être pas vraiment la personne la mieux placée pour en parler… Pourquoi ? Parce que j’ai testé l’homéopathie :

  • après avoir lu des avis sur des forums
  • sur une courte période
  • sans aller directement chez un homéopathe qui m’aurait peut-être prescrit un autre traitement

Mettons de côté ma propre expérience des médecines alternatives, donc.

Mon avis est que ces médecines peuvent donner des résultats chez CERTAINS éjaculateurs précoces. Mais pas tous. Pourquoi ? Parce qu’elles sont principalement amenées à traiter les origines psychologiques de l’éjaculation précoce, en particulier l’anxiété. Or, dans de nombreux cas d’EJP, d’autres paramètres purement « mécaniques » entrent aussi en jeu : respiration, gestion corporelle, etc. Les médecines alternatives peuvent alors ne donner aucun résultat chez les personnes concernées. Seule une rééducation sexuelle peut permettre, à ces profils d’éjaculateurs précoces, de reprendre le contrôle sur le réflexe éjaculatoire au travers d’apprentissages spécifiques. J’en recommande une ici, sous forme de coaching vidéo.

De même, j’en profite pour vous mettre en garde contre l’automédication. Même en utilisant des substances naturelles, il est possible de mettre sa santé en danger quand les dosages ou les contre-indications ne sont pas respectés. Demandez donc toujours conseil auprès d’un professionnel avant de vous lancer.

Dernière mise à jour le 08/10/2020.

close

Ma méthode pour ne plus être précoce ↓

Abonne-toi et reçois gratuitement 5 conseils CONCRETS tirés de mon expérience d'ancien éjaculateur précoce.