Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’hypnose thérapeutique. Arrêt du tabac, nausées postopératoires ou encore chirurgie cardiaque, cette forme de médecine douce trouve aujourd’hui de nombreuses applications dans le secteur de la santé. L’éjaculation précoce ne déroge pas à la règle. Faisons le point sur cette pratique alternative.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L’hypnose est une technique thérapeutique qui utilise un état modifié de conscience. Elle a pour objectif de traiter des problèmes qui trouvent leur origine dans l’inconscient. L’hypnose consiste à placer le patient dans une position mentale que l’on pourrait qualifier d’entre la veille et le sommeil. L’hypnothérapeute procède alors, via des suggestions verbales, à une modification de certains liens automatiques faits par le cerveau.

Aujourd’hui, c’est principalement l’hypnose Ericksonienne qui est utilisée en guise de thérapie. Contrairement aux idées reçues, celle-ci permet aux patients de se souvenir de l’ensemble de la séance. L’état de conscience modifié dans lequel il est plongé n’est pas synonyme d’amnésie.

D’ailleurs, sans le savoir, nous utilisons régulièrement au quotidien cet état de conscience modifié. Par exemple, lorsque nous nous plongeons dans un livre, ou quand nous effectuons mécaniquement un trajet que nous connaissons par cœur tout en étant absorbés par nos pensées. La différence ici, c’est simplement que l’hypnothérapeute sera en mesure d’utiliser à bon escient cet état modifié de conscience pour vous libérer de certaines croyances limitantes.

Comment est-elle utilisée dans le cadre de l’éjaculation précoce ?

Dans le cadre de l’éjaculation précoce, lorsque toute cause médicale a pu être écartée, le recours à l’hypnose peut être envisagé.

L’hypnothérapeute essaie en premier lieu de remonter jusqu’à la cause inconsciente du problème. L’hypnose permet en effet de cibler les éléments psychologiques qui amènent le patient à éjaculer trop vite. Un conflit dans le couple ? Une expérience sexuelle décevante, voire douloureuse ? Un traumatisme dans l’enfance ? L’hypnose aide à mettre le doigt sur le schéma de pensée qui, par le passé, a conduit à l’éjaculation précoce, et à s’en détacher.

La deuxième phase de la thérapie consiste à mettre le patient en face d’une situation qu’on peut qualifier de « stimulante ». C’est alors à lui de trouver, mentalement, comment reprendre le contrôle sur ses émotions et comment désamorcer la tension qui s’installe dans son corps.

Enfin, l’objectif du thérapeute est de renforcer la confiance en soi. L’anxiété de performance et le manque d’estime de soi sont en effet des conséquences fréquentes de l’éjaculation précoce. Par la suggestion hypnotique, le thérapeute amène le patient à se détendre, à se concentrer sur son plaisir plutôt que sur la crainte de l’échec. Il lui donne ainsi les clés pour apprendre à faire durer le rapport sexuel.

Existe-t-il des contre-indications à l’hypnose ?

Il existe peu de contre-indications réelles à l’hypnose. Il s’agit d’une méthode présentant peu de risques physiques ou psychiques. Elle est cependant déconseillée aux hommes souffrants de troubles psychotiques tels que la schizophrénie, la paranoïa ou encore la maniaco-dépression. De même, il faut éviter d’avoir recours à l’hypnose en cas de penchants sadiques ou masochistes.

Dans tous les cas, je vous recommande de vous adresser à un praticien qualifié (psychothérapeute) pour effectuer une séance d’hypnothérapie.

Pourquoi l’hypnose, seule, ne suffit pas à traiter l’EJP ?

L’hypnose peut apporter une aide bénéfique à ceux qui souffrent d’éjaculation précoce. Cependant je ne pense pas qu’elle puisse, à elle seule, régler totalement le problème.

En effet, même si dans de nombreux cas l’éjaculation précoce est liée à des facteurs psychologiques, elle est aussi et surtout liée à de mauvaises habitudes sexuelles, à un défaut d’apprentissage purement « mécanique ». Par exemple, une masturbation « rapide », une mobilisation inadaptée du bassin pendant l’acte sexuel, des préliminaires mal maîtrisés, etc. La réponse adéquate, face à ces mauvaises pratiques, consiste à réaliser des exercices sexo-corporels. Ces exercices ont été une des clés pour moi, ils m’ont aidé à vaincre mon problème de précocité !

Pour traiter l’éjaculation précoce sous tous ses aspects (physiologiques + psychologiques), je vous recommande donc vivement la sexo-thérapie en ligne d’Alexandra Subin et Pascal de Sutter, deux sexologues qui bénéficient d’une réelle expertise sur le sujet. Leur formation vidéo propose une approche pluridisciplinaire du problème et intègre notamment l’apprentissage de certaines habiletés corporelles qu’il est très important de maîtriser pour ne plus souffrir d’éjaculation précoce…

Fred
Auteur

Fred