Aujourd’hui, je vais m’adresser à vous, mesdames, qui êtes en couple avec un éjaculateur précoce. Vous ressentez probablement de la frustration car ce problème d’éjaculation prématurée vous empêche d’atteindre l’orgasme. Vous vous posez sûrement beaucoup de questions. Vous êtes même peut-être dans le doute.

Je suis moi-même un ancien éjaculateur précoce. Je vais donc essayer de vous apporter des réponses et de vous aider à mieux affronter le problème avec votre partenaire.

Pourquoi mon copain éjacule-t-il trop vite ?

La première chose à savoir, c’est que l’éjaculation rapide est un comportement « naturel ». Les hommes sont en effet programmés pour éjaculer vite. C’est un réflexe que nous avons hérité de nos ancêtres. En effet, au temps des cavernes, le danger était partout. Par conséquent, faire l’amour longtemps, c’était prendre le risque de s’exposer à un prédateur. Pour se reproduire, il fallait donc éjaculer rapidement.

Alors, dans ce cas, pourquoi certains hommes tiennent plus longtemps que d’autres ? Comment font-ils ?

Ce n’est en fait, ni plus ni moins, qu’une question de gestion de l’excitation sexuelle. L’éjaculation est un réflexe qui ne se contrôle pas. Mais la période qui la précède, elle, oui. Et certains y arrivent mieux que d’autres, souvent même de façon inconsciente.

Si votre copain (ou votre mari) est éjaculateur précoce, c’est sûrement parce qu’il n’a pas appris à contrôler son énergie sexuelle. Il monte trop vite dans les tours. Il ne parvient pas à relâcher la pression. Or, c’est lorsque l’excitation sexuelle est trop haute que se déclenche l’éjaculation, de manière réflexe.

Cette difficulté à durer au lit peut aussi être liée à sa façon de se masturber. En effet, une masturbation rapide et compulsive, quand elle se répète encore et encore, finit par devenir un automatisme. Le cerveau est alors conditionné pour déclencher au plus vite le réflexe d’éjaculation. Aussi bien en solo… qu’à deux.

Par ailleurs, le souci avec l’éjaculation précoce, c’est que c’est un cercle vicieux. Plus votre copain angoisse à l’idée de ne pas être suffisamment endurant au lit, plus il aura du mal à ne pas éjaculer vite. Car le stress de performance contribue à amplifier le phénomène.

Est-ce que je suis responsable ?

Non, vous n’êtes pas responsable, rassurez-vous. Tout cela n’est pas de votre faute. Néanmoins, il se peut que, sans le vouloir, sans même vous en rendre compte, vous aggraviez le problème.

Comment ?

1. Par des positions excitantes

Les positions sexuelles qui stimulent l’imaginaire de votre copain, qui font partie de ses fantasmes, vont augmenter son niveau d’excitation. La levrette, par exemple, en fait partie. Certaines positions vont également entraîner une plus forte contraction musculaire (cuisses, fessiers, abdos) et, mécaniquement, conduire à une éjaculation rapide. J’en parle en détail ici.

2. Par des préliminaires trop courts

Contrairement à ce que vous pouvez penser, ce n’est pas une bonne idée d’écourter les préliminaires, par crainte que votre copain éjacule trop vite. D’une part, parce que votre vagin sera alors moins bien lubrifié, ce qui entraînera davantage de frottements et donc augmentera l’excitation de votre partenaire. D’autre part, parce que les préliminaires permettent de diffuser la tension sexuelle sur tout le corps de votre homme, et non de la canaliser uniquement sur son pénis.

3. Par de grands coups de bassins

Même si c’est quelque chose que vous aimez, il vaut mieux éviter. Du moins, dans un premier temps. Pourquoi ? Parce que cela intensifie les stimulations au niveau du gland de votre partenaire, ce qui augmente son niveau d’excitation. Il risque donc d’atteindre beaucoup plus vite le point de non-retour et donc d’éjaculer trop tôt.

4. Par des petites phrases qui peuvent vous sembler anodines

Lâcher des petites phrases comme « C’est tout ? » ou « Ah ! C’est déjà fini ?« . n’est clairement pas une bonne idée. Même si vous êtes frustré (et c’est compréhensible), le fait de tenir ce genre de propos ne va pas l’aider, bien au contraire. Cela va le stresser. Il aura peur de ne pas être à la hauteur et appréhendera encore plus le prochain rapport sexuel.

5. Par une comparaison avec votre ex

Dans le même ordre d’idée, je vous déconseille de le comparer à un de vos ex, même sur le ton de l’humour. C’est le meilleur moyen de le culpabiliser et de détruire sa confiance en lui, déjà durement mise à l’épreuve par son problème d’éjaculation précoce.

Comment puis-je l’aider ?

On a vu que vous pouviez, de façon inconsciente, « empirer » l’éjaculation précoce de votre copain. Alors, à l’inverse, comment devez-vous vous y prendre pour l’aider à surmonter ce problème ?

1. Parlez-lui

La première chose à faire, c’est d’en parler. Si vous n’en parlez pas, vous risquez de vous enfermer dans votre frustration et de ne plus vouloir faire l’amour avec lui. Mais attention, il faut essayer d’être subtile.

Ce qu’il ne faut pas faire, c’est minimiser la chose. Lui dire que ce n’est pas très grave. Non. Soyez honnête. Dites lui que cela vous gêne, que vous ne prenez pas beaucoup de plaisir au lit, sans chercher à le rassurer exagérément.

Et surtout, dans le même temps, faites preuve d’optimisme. Montrez-lui qu’il peut progresser. Que vous avez confiance en lui. Que vous pouvez l’aider à retenir son envie d’éjaculer.

2. Variez les sensations

Évitez de trop le « chauffer ». Prenez votre temps, faîtes preuve de tendresse.

Ne vous focalisez pas que sur son pénis. Votre partenaire dispose d’autres zones érogènes : le cou, les oreilles, les mamelons, l’intérieur des cuisses, le bas du dos, etc.

Caressez-le, massez-le, mordillez-le. Bref, variez les plaisirs !

3. Soignez les préliminaires

Une femme a besoin de plus de temps qu’un homme pour préparer son corps à la pénétration. Notamment pour lubrifier son vagin. C’est physiologique.

Mais pour les hommes, et notamment pour les éjaculateurs précoces, les préliminaires sont tout aussi importants, car comme je l’ai dit plus haut, ils vont permettre de diffuser l’excitation sexuelle sur tout le corps et ainsi retarder le moment de l’éjaculation. Alors utilisez-les à bon escient !

4. Exigez de faire des pauses

Dès que vous voyez que la machine de votre partenaire s’emballe, demandez-lui de faire une pause dans ses va-et-vient. Voire de se retirer. Pendant au moins 10 secondes.

C’est l’un des meilleurs moyens de faire redescendre l’excitation sexuelle et de prolonger le rapport. Cette technique s’appelle d’ailleurs le stop and go.

Même si c’est frustrant pour vous, c’est un mal nécessaire pour que votre conjoint améliore progressivement son endurance au lit.

5. Faites plus souvent l’amour

Un homme qui ne fait pas assez souvent l’amour « accumule » trop d’énergie sexuelle. Il aura alors beaucoup de mal à la contenir au prochain coït. Encouragez donc des rapports sexuels réguliers.

Au final, que retenir ?

Si je devrais résumer tout ce que je viens de dire, j’insisterais sur deux points.

Le premier, c’est de ne pas cacher votre souffrance et de crever l’abcès avec votre copain. Sans chercher à minimiser le problème, mais sans le culpabiliser non plus.

Le second, c’est de lui faire prendre goût à des rapports sexuels plus lents, plus sensuels, moins stéréotypés. Gardez en tête que pour beaucoup d’hommes, le modèle à suivre, c’est celui des films porno. Or, quand on est éjaculateur précoce, c’est tout l’inverse qu’il faut faire !

Si vous voulez aller plus loin et que votre homme est prêt à réaliser les apprentissages nécessaires pour ne plus être précoce, je vous invite à lui faire découvrir le coaching éjaculation de Pascal de Sutter et Alexandra Hubin. C’est cette thérapie en ligne qui m’a permis de régler mon problème d’éjaculation prématurée pour de bon.

close

Ma méthode pour ne plus être précoce ↓

Abonne-toi et reçois gratuitement 5 conseils CONCRETS tirés de mon expérience d'ancien éjaculateur précoce.